Parlons-en! Les Réalités Autochtones

Les Rencontres Interculturelles dans Hochelaga-Maisonneuve se veulent une série de rencontres de discussion sur différentes thématiques, des événements festifs et des formations en relations interculturelles. Elles s'inscrivent au sein de plusieurs actions visant à renforcer l'inclusion des personnes issues de la diversité et le mieux vivre-ensemble au sein du quartier de Hochelaga-Maisonneuve. Les soirées thématiques se font en compagnie de citoyen.nes, d’intervenant.es expert.es et de militant.es engagé.es. C'est l'occasion d'offrir un espace de parole sans jugement, afin de permettre à tou.tes d’exprimer son vécu et d’accueillir nos différences pour le bien-être collectif. 

Le cœur du projet est de permettre un espace de discussion bienveillant entre personnes provenant de divers milieux culturels en vue de favoriser l’inclusion, d’atténuer les préjugés et ainsi, offrir une prise de conscience citoyenne aux résident.es d’Hochelaga-Maisonneuve. La hausse marquée de l’immigration des dernières années nécessite d’aller à la rencontre de l’Autre et d’établir le dialogue avec des intervenant.es et militant.es engagé.es de milieux différents. 

4

Cette rencontre interculturelle nous permet d’ouvrir une discussion autour des enjeux que vivent les communautés autochtones au Québec. À travers l’exploration de divers thèmes tels que la réconciliation, la reconnaissance des droits et la décolonisation, nous exposons un portrait franc de la situation des peuples autochtones. Plusieurs intervenant.es exposent des points de vue et des expériences représentatives des réalités autochtones. L’objectif est de décortiquer la situation actuelle des peuples autochtones au Québec et faire connaître les enjeux dont ils font face, afin d’amorcer une meilleure inclusion sociale et une reconnaissance de leurs droits.

Panélistes :
  • Widia Larivière : Née d’une mère Anishinabekwe et d’un père québécois, Widia est cofondatrice et directrice générale de Mikana, un organisme de sensibilisation sur les réalités des peuples autochtones. Elle œuvre depuis plusieurs années dans la défense des droits humains et des droits des peuples autochtones. Elle a également, entre autres, travaillé chez Femmes Autochtones du Québec et co-initié la mobilisation québécoise du mouvement Idle No More en 2012. Cinéaste et autrice à ses heures, Widia a co-réalisé deux courts-métrages documentaires avec le Wapikoni mobile et a contribué à plusieurs ouvrages. Son engagement lui a valu plusieurs prix et distinctions: elle est notamment co-lauréate d’un prix Hommage dans le cadre du 40e anniversaire de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec (2015), ainsi que du prix Ambassadeur de la conscience d’Amnistie internationale (2017). Sa plus grande et récente fierté: Maélie, sa fille née en juin 2018.
  • Elie-John Joseph : Elie-john habite la région de Tiohtià:ke. Il travaille depuis 2018 au Wapikoni dans le département de la mobilisation où il est coordonnateur des ateliers de leadership et des ambassadeurs.drices. Il sensibilise les différentes populations aux réalités autochtones depuis peu et il en a encore beaucoup à apprendre. 
  • Anachnid : Anachnid, Femme du ciel qui tombe sur terre, auteure-compositrice autochtone de l’année 2019 de la Fondation Socan est une artiste multidisciplinaire oji-crie et mi’gmaq basée à Montréal. Son animal totem, l’araignée, a huit pattes, et Anachnid incarne tout autant de personnalités complexes : esprit venimeux, jeune femme amoureuse, grand-mère bienveillante... Elle présente son univers musical insolite avec un premier album Dreamweaver paru en février 2020 et sélectionné sur la longue liste du Prix Polaris. L’œuvre Dreamweaver est un alliage d’émotions et de sons, inspirés de l’univers métissé de l’artiste. Un style hybride et sensuel d’électro-pop, trap, indie, soul et hip-hop, de bruits animaliers, tambour et flûte évocateurs de ses cultures ancestrales. Sur scène, Anachnid tisse sa toile dans une riche palette de revendications mordantes, résolument politiques avec une impertinence franche, mais également une fragilité assumée, presque tendue en offrande. Anachnid représente la voix d’une nouvelle génération de jeunes créateurs autochtones, affirmée, émancipée et non-négociable.
  • Sylvain Vollant : Arrivé à Montréal il y a environ 10 ans, Sylvain a œuvré dans l'intervention pendant près de 8 ans. Celui-ci a travaillé à PACT de rue pour le quartier Rosemont, à Montréal, où il a travaillé avec une population marginalisée, mais aussi avec des familles et des adolescents. Son principal mandat dans ce contexte était relié à la sensibilisation des gens sur certaines réalités comme l'itinérance. Par la suite, Sylvain s’est engagé auprès des populations autochtones en œuvrant pour Projet Autochtone du Québec en tant que ‘’case worker’’. Dans cette position, celui-ci devait travailler dans un contexte où les personnes voulaient sortir de la rue. Celui-ci est actuellement employé pour le gouvernement fédéral.
  • Viviane Michel : Viviane Michel occupe le poste de présidente de Femmes Autochtones du Québec (FAQ) depuis 2012. Elle est la porte-parole de FAQ et représente l’organisme et l’intérêt des femmes autochtones auprès des gouvernements et des institutions. Elle met un point d’honneur à valoriser les pratiques traditionnelles et à promouvoir le respect de l’identité et de la culture des nations et des femmes autochtones.
  • Danelle St-Laurent : Danelle est une Ojibwe-Cree-Sioux de la Saskatchewan. À l'âge de 7 ans, celle-ci a été adoptée par une famille québécoise dans la ville de Rock Forest, qui est maintenant nommée Sherbrooke. Le 12 novembre dernier, Danelle fut nommée sur le conseil d'administration de la Fondation de la rafle des années soixante. Depuis 2011, elle travaille comme agente de développement auprès des collectivités autochtones pour le service correctionnel du Canada et a siégé durant trois ans sur le Cercle national des peuples autochtones en tant que représentante autochtone du Québec pour le gouvernement du Canada. De plus, Danelle a travaillé pour Femmes Autochtones du Québec, la Commission de développement des ressources humaines des Premières nations du Québec, et siégé sur le conseil d'administration pour le Foyer pour femmes autochtones de Montréal et pour le CPE Soleil Le Vent. Membre active de la communauté autochtone de la région de Montréal depuis près de 20 ans, elle participe et s'implique dans les activités culturelles qui ont lieu dans la ville en tant que bénévole et participante. Ayant une grande connaissance de la culture autochtone, du contexte historique, des réalités et des défis auxquels fait face le peuple autochtone de la région de Montréal, celle-ci pourra discuter de ces enjeux durant le panel. 
Webinaire :



Liens partagés :

La Table de quartier Hochelaga-Maisonneuve
1691 Boulevard Pie-IX,
Montréal, QC H1V 2C3, Canada
514-523-5395
administration@ltqhm.org